Évaluation du RISQUE RADON

Évaluation du RISQUE RADON 2018-11-30T10:55:11+00:00

Qu’est-ce que le radon ?

Le radon (Rn) est un gaz radioactif inodore, incolore et inerte. Il provient de la transformation du radium (Ra) issu de l’uranium (U) et du thorium (Th), éléments radioactifs présents dans les roches granitiques et volcaniques. Il émet des rayonnements ionisants alpha (α). Présent dans les sols, le radon est la composante principale de la radioactivité naturelle de l’environnement. Il migre dans l’air ambiant à travers les pores du sol et les fissures des roches. Le radon peut aussi s’exhaler de certains matériaux de construction utilisant des roches naturellement radioactives comme le granit, le gneiss ou le basalte ; il peut aussi provenir du dégazage naturel de l’eau.

De quelle façon le radon peut-il nuire à notre santé ?

A la suite et de plusieurs études épidémiologiques et expérimentales, l’Organisation mondiale de la santé a reconnu le radon comme un agent cancérogène pulmonaire en 1987.
Une exposition régulière, pendant de nombreuses années, à des concentrations excessives de radon accroît le risque de développer un cancer du poumon.
Il est admis que cet accroissement est proportionnel à la concentration de radon dans l’air inhalé et au cumul des expositions.

Fixés notamment aux poussières atmosphériques, les descendants solides du gaz radon peuvent également se déposer le long des voies respiratoires et les contaminer.
Leurs rayonnements, au contact des cellules bronchiques, ont une énergie susceptible d’altérer les molécules d’ADN, constituant des gènes.
Toutefois, les mécanismes de contrôle et de réparation de l’ADN interviennent immédiatement pour restaurer leur intégrité ou éliminer les cellules lésées. La mutation d’un gène peut résulter d’une réparation imparfaite.

De multiples mutations de gènes, dues à des facteurs toxiques au premier rang desquels figure le tabac, seront nécessaires pour éventuellement conduire à un processus de cancérisation.

Comment peut-on réduire le risque lié au radon ?

La concentration en radon peut être entre cinq à cinquante fois plus importante dans l’air intérieur de certains bâtiments ou de certaines cavités que dans l’air extérieur.

Deux types d’actions préventives permettent de réduire la concentration de radon dans un bâtiment :

  • l’aération : le radon présent dans le bâtiment est éliminé par aération naturelle ou ventilation mécanique, améliorant ainsi le renouvellement de l’air intérieur ;
  • l’étanchéité : le radon est empêché de pénétrer à l’intérieur du bâtiment par des procédés qui assurent l’étanchéité entre le sol et le bâtiment (colmatage des passages des canalisations ou des fissures dans les dalles et les murs, pose d’une membrane). Une meilleure étanchéité est assurée en mettant en surpression l’espace intérieur ou en dépression le sol sous-jacent.